rue Henri Bergé

Hey salut,

D’abord, j’espère que tu vas bien. Ensuite, je voulais te dire un truc, du coup j’ai décidé de te l’écrire…

L’autre jour, j’étais sur facebook, entre des photos de chats et des articles aux gros titres, j’ai vu passer cet info: salah abdeslam s’est caché 20 jours rue Henri Bergé à Schaerbeek. 

Non de dieu de merde, quel fucking trou du cul. (Voilà, je crois que je me suis dit ça).

Tu ne le sais peut-être pas mais je m’appelle Jehanne Bergé et Henri Bergé c’est mon arrière-arrière grand-père et cette rue est à sa mémoire, en son honneur. Quand je traverse Schaerbeek en vélo et que j’arrive dans cette rue, je me sens fière. Ouais, fière. C’était pas n’importe qui cet arrière-arrière grand papy.

Alors, oui-non, je t’avoue que c’est pas génial de voir que l’une des pires ordures de notre époque est en train de salir le nom de mon aïeul. Et puis, tu vois, au final, on est bien peu de choses. Ironie de l’Histoire, cette grosse merde de fondamentaliste s’est caché dans la rue d’un militant pour la laïcité. Mais ça personne le sait. Et j’ai donc décidé que je voulais t’en parler.

Henri Bergé nait en 1835 à Bruxelles.  Il étudie la chimie et la littérature à l’ULB pour ensuite l’enseigner par la suite. Il participe à la fondation de l’Ecole Polytechnique de l’ULB et y donne des cours. Il devient même le chimiste attitré de la Ville de Bruxelles de 1864 à 1870.  En 1877, il devient recteur de l’ULB. Il fait une grande carrière scientifique notamment dans le domaine de l’hygiène publique où ses innovations aident à améliorer le bien être de ses co-citoyens. Mais Henri Bergé est aussi une grande personnalité politique. En 1863, il fonde la société la « Libre pensée ». La même année, il se marie avec Leonie Stein, cet union est le tout premier mariage civil dans la ville de Bruxelles. Il soutient vivement Isabelle Gatti de Gamond pour créer un enseignement féminin à Bruxelles. Il devient échevin de Schaerbeek. Il se bat pour l’instruction publique obligatoire, laïque et gratuite. Toute sa vie, il s’est appliqué à refuser tout dogmatisme religieux ou philosophique, et à se fier principalement à ses propres expériences et sa raison pour penser ou juger.

Il meurt à Schaerbeek le 29 mars 1911.

La commune a dénommé une de ses artères Rue Henri Bergé pour lui rendre hommage et pour que son nom retienne l’histoire.

Ce pauvre crétin de salah abdeslam, aveuglé par l’obscurantisme, s’est caché dans cette rue comme un rat. J’aime à rêver que peut-être, si il s’était intéressé un instant à la Libre Pensée, il aurait été différent.

Comme quoi, les rues racontent l’Histoire. (voilà, sur ce je compte sur toi pour découvrir qui est la personne qui se cache derrière le nom de ta rue).

Une petite citation d’Henri Poincaré histoire de conclure bien comme il faut:

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d’être. »

Bye,

415738_10151234812448147_668088149_o

Publicités

Le Spleen de Noël

Hey le blog,

J’avais presque oublié que tu existais. Je n’ai plus pris le temps de m’entretenir avec toi, de mettre en mots mes petits ou plus grands maux. J’ai un peu foncé, avancé sans vraiment réfléchir, je n’ai plus laissé venir cette bonne vieille mélancolie, qui qu’on le veuille ou non me pousse souvent à t’écrire. Mais, bonne nouvelle: mon bon vieux spleen est de retour, me chatouillant de la plante des pieds à la racine des cheveux, me revoici donc au clavier.

Bref, parlons peu, parlons bien. Aujourd’hui, nous sommes le 21 décembre, dans 3 jours c’est Noel, dans 10 jours, on passe en 2014, il fait froid mais pas encore de trop, le ciel est beau depuis 15 jours, j’ai 25 ans, je vis dans une nouvelle maison depuis 2 mois, dans un nouveau quartier, je stress presque plus pour le travail mais j’aimerais évoluer, ça fait un petit temps que j’essaye de comprendre ce qui se passe en moi, des mois et des mois que je procrastine pour passer mon permis, quelques semaines maintenant que j’ai cessé de rêver d’ailleurs, des années que ma vie sentimentale ressemble à un disque rayé, 6 jours que la serpillière trône majestueusement dans ma chambre en attendant que je m’en serve. Voilà, le cadre est posé. Sinon ça va bien, je rigole très souvent (bien qu’un peu moi qu’avant), je suis contente quand je regarde le ciel tout bleu, les parfums m’emportent toujours autant, les petits moments me semblent toujours aussi charmants… Mais cessons de parler de bonheur, ce n’est pas vendeur.

Cher blog, je t’écris pour te dire un truc, un machin que je dis pas à grand monde: j’aime pas trop Noel. Fin, je veux dire, je trouve ça chouette, les sapins, les guirlandes, le vin chaud et tout mais  je veux dire le réveillon de Noel, ça j’aime pas trop. Autant faire La Fête c’est un peu mon hobby dans la vie, autant cette fête là, bof-bof, merci mais ça ira.

Noël, c’est un peu la sacro-sainte fête familiale. Tu vois, moi, quand on me dit, « Noël », bhen ça me fait penser au cliché de la grande famille attablée devant un feu ouvert, dans le coin de la pièce un gros sapin devant lequel trône une pile de cadeaux. Leur table est grande avec des bons plats fumants, des rires gras et des verres bien hauts. Pour sure, les familles de canards boiteux ont à envier. Pas tous les jours facile, d’essayer d’être ce qu’on est pas.

De mon côté, comme chez beaucoup d’autres surement, il y a des petits kwaks familiaux, même quelques gros mais aussi des tellement gigantesques que bon, mieux vaut parfois rester sous sa couette à lire une bd plutôt que de remuer le couteau dans la plaie, pas vrai? (et ce même si c’est Noël) Je vais pas te raconter ma vie pcq je le fais déjà beaucoup trop et que de toute façon j’y arriverais pas vraiment, (en tout cas pas maintenant) mais voilà, je voulais juste dire ça, Noel et moi, ça colle pas. Tu vois, le blog, ce que j’espère vraiment, c’est d’un jour avoir une maison douce comme du coton, toute confortable et agréable, avec un gentil mari et des enfants trop funky et là, peut-être que Noel ça deviendra chouette, magique n’exagérons pas, mais rien que chouette ce serait déjà vraiment bien. On le fêtera si ça nous amuse et si pas, bhen on le fera pas. Ce sera comme on veut et on sera heureux. Me rend bien compte de la guimauverie de mes propos, mais je te jure, j’en rêve un peu de ce futur cocon.

Soit, j’avais juste envie de te dire ça. Pouf, je m’arrête ici, mon spleen et moi, on te salue bien bas, pour une fois qu’on se retrouve, t’imagines bien, on a encore tout un tas de trucs à se raconter.

Bref, Joyeux Noel, bon appétit, bonnes résolutions (toujours bien d’en avoir), et comme dirait Tatie Renée: à l’année prochaine!

HAUTS LES CŒURS! (Et vive le cougnou)

Moi, j'aime pas Noel.
Moi, j’aime pas Noel.