Bons Baisers de Buenos Aires

Coucou,

Je suis dans un joli jardin et j’avais envie d’écrire un peu. Voilà près d’un mois que je suis en Argentine, je rentre dans quelques jours en Belgique. Je me sens bien. C’est chouette.

J’avais besoin de prendre l’air, de voir d’autres horizons.

Ici, le soleil est haut, l’air est doux, le ciel est immense.

Les tomates sont juteuses, le vin enivrant, les empanadas un peu grasses.

Les gent ont le cœur ouvert, l’accent charmant et le sourire facile.

On se donne des rdv aux croisements de rues. On vit la nuit, on vit le jour.

Buenos Aires vibre.

On parle politique, celle du passé, celle d’aujourd’hui. Celle qu’on préfère oublier, celle qui donne de l’espoir ou celle qui fait lever les épaules, (c’est selon).

J’ai rencontré des gens extraordinaires. Des humains au regard avisé et curieux. J’ai essayé (et à l’heure qu’il est j’essaie encore) d’absorber toute ces énergies positives. Je veux les emporter avec moi.

J’ai dormi dans des parcs, j’ai goûté à la frénésie des jams de percussions, j’ai médité dans la nature, j’ai fait le chat au bord de piscines, j’ai scruté l’horizon depuis les berges du Rio de la Plata, j’ai traversé les quartiers de long en large, j’ai rien fait et j’ai aimé ça, j’ai laissé tomber ma tête de sommeil dans des bus, des taxis, des bateaux, j’ai observé le monde tourner, j’ai mangé des bbq de dingos, j’ai fumé des clopes au balcon en écoutant  la rumeur de la ville, j’ai eu des coups de cœur, j’ai souvent souri. Et d’autres trucs aussi.

Chaque jour, chaque instant apporte son lot de surprises, d’imprévus, de petits ou grands plaisirs.

Je suis contente. De tout.

Dans mon carnet, j’ai écrit des trucs.

Un jour, dans une petite église à Colonia, en Uruguay, il y a ça qui est sorti: « Avancer vers l’inconnu sans autre but que celui d’avancer. C’est probablement ce qui me procure le plus grand sentiment de liberté. Aussi, j’aime me sentir perdue, découvrir des moeurs, des odeurs, des sons. Et en quelques instants seulement, m’y habituer et les faire miens. L’étrange devient le familier. Ce sentiment est extrêmement fascinant. »

Alors voilà, tout ça pour dire que ce mois passé de l’autre hémisphère m’a convaincu plus que jamais, que voyager, lâcher prise et sortir de ma zone de confort est ce qui me fait le plus de bien au monde.

Bisou-bisou,

28407511_10156160548993147_528357825_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s