Fuck les cercles vicieux

Salut,.

2018 a commencé. Tout va bien chez toi? De mon côté, je me tape déjà ma deuxième crève de l’année mais pour le reste ça va. Dehors, il pleut. J’enchaîne les films Netflix et les reportages sur Arte depuis 48h. Tandis que mes microbes se font la malle (lentement mais surement), j’ai décidé de profiter de ce repos forcé pour t’écrire quelques mots.

Un automne de merde

Comme tu l’as peut-être compris dans mes précédentes confessions 2.0, j’ai vécu l’automne 2017 non sans quelques difficultés et questionnements intimes. Jusqu’il y a quelques semaines encore, je pleurais presque quotidiennement à chaudes larmes la tête posée sur l’oreiller sans être capable de voir clair dans mes pensées. Je me sentais enfermée je crois. Coincée dans une existence trop organisée et sans surprise.

Et puis, hop

Fin 2017, le visage marqué par des cernes affreuses, j’ai décidé de prendre ma vie en mains et d’arrêter de vider un paquet de kleenex en chnottes de chagrin tous les jours.

Je suis retournée voir mon psy, mon pédopsychiatre pour être précise. Je le connais depuis plus de 15 ans. « Il me suit » comme on dit dans le jargon (ou est-ce le contraire?). Il a en fait été chargé  par le juge de la jeunesse de faire une expertise de notre famille de foufou dans le cadre du procès entre mon père et ma mère pour ma garde. Le contact est bien passé, et depuis toutes ces années, je viens le voir à intervalles irréguliers. Bref, si je te balance ici, toutes ces informations très intimes c’est pour que tu comprennes un peu que ce médecin-là, il me connait bien. Genre vraiment bien. Et le (non)cadre familial aussi. Du coup, c’est facile, je dois pas y aller par 1000 chemins. Je m’assied dans son bureau feutré, je lui raconte en deux mots mes maux et il écoute en caressant son chat.

Tout ça nous ramène donc à fin décembre. Après 45 minutes de blabla entrecoupés de pleurs et de blancs, la séance s’est terminée. Avant de me serrer la main et de me laisser repartir dans le vrai monde, voilà ce qu’il m’a dit: « Et si, vous ne vous concentriez que sur ce qui VOUS fait du bien? »

Alors, ça peut paraître aller de soi mais ces quelques mots m’ont mis une extra couche de baume au cœur. Ils ont transformé mes nœuds affreux en blocs d’informations. J’emploie des métaphores pourries, pardon. Mais disons qu’avant je m’imaginais dépassée par un paquet de pelotes de problèmes emmêlées dans une toile infinie et après, plutôt comme un personne normale avec plein de caisses plus ou moins en désordre contenant des dossiers à traiter les uns après les autres. Tu comprends le machin que j’essaye d’exprimer maladroitement ici?

Depuis ce jour là, je n’ai plus pleuré. (Ce n’est pas il y a si longtemps, tu me diras mais quand même).

Revenir en Belgique, ce n’était pas simple. S’ancrer dans le réel ce n’est pas évident. Imaginer un futur que je ne connais pas encore, c’est enivrant.

Voilà, un peu le topo.

Je t’ai écrit tout ça, pas seulement parce que j’ai un côté égocentrique et exhibitionniste 2.0, mais parce que je crois que c’est possible que toi aussi, tu sois parfois coincé.e dans un monde intérieur compliqué.

Et que de temps en temps, regarder l’horizon sans se voiler la face, ça fait du bien. Croire en d’autres perspectives, se donner la chance d’être libre. Tout ça.

Voilà, fuck les cercles vicieux. A un moment, on coupe le fil et on s’envole.

J’arrête là, je deviens définitivement culcul.

La bise.

ps: je pars un mois à Buenos Aires dans quelques jours, je suis contente.

Publicités

2 réflexions sur “Fuck les cercles vicieux

  1. Haaan mais tu t’imagines la galère, la tristesse, la morosité et la monotonie d’un monde intérieur simple? Vivement le prochain épisode! Keur avec les mains, aussi!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s