Confidence pour confidence

Parfois, je me dis que je n’évolue pas des masses des masses. L’idée de faire du surplace m’angoisse plus que tout. Mon retour en Belgique a réveillé cette peur d’immobilisme, l’éternel tiraillement entre l’ailleurs et la construction. Dans ces instants de grands doutes, je me donne d’immenses coups de pieds aux fesses pour me bouger, explorer, tomber, me relever, bref tout un tas de verbe en « er » sauf stagner.

Et puis, soudain, dans le brol infini de mes affaires, je redécouvre une petite boite en osier. « La » boite en fait. Celles des traces indélébiles du passé. Celle que surtout il ne faudra jamais jeter.

Dedans, pas grand chose, quelques photos, des bouts de carnets griffonnés et des lettres, d’amour, de rupture ou d’amitié. C’est en relisant ces morceaux du temps d’avant, que la vérité me saute au visage: « Fucking yes, bien sûr que j’ai évolué. Complètement. Je me suis transformée même. »

La petite Jehanne de 15 ans incomprise et torturée jusqu’au plus profond de son être me fait de la peine. J’ai envie de lui dire qu’un jour, elle sera forte, qu’elle osera dire non, qu’elle sera maître des décisions.

La Jehanne qui lit sa première lettre d’amour le feu aux joues, elle, me fait sourire. Le cœur qui s’emballe, la découverte des sens, l’énergie vivifiante du sentiment amoureux. Les désillusions aussi.

La Jehanne qui pleure de rage en se sentant coincée dans cette histoire sans fin me noue l’estomac. Je voudrais lui chuchoter que ce sentiment d’être un pouding pourri éclaté sur le sol ne sera bientôt qu’un mauvais souvenir.

La Jehanne qui stresse de partir vivre quelques mois au Canada. J’aimerais lui faire une tape dans le dos en lui rappelant que les voyages forment la jeunesse. « C’est la meilleure décision de ta vie ma p’tite, la suite ne sera que surprises et explorations. »

Tous ces visages qui ont tellement compté, ces êtres qui m’ont portée, ces relations intenses, ces rencontres inattendues, ces expressions gravées, ces moments oubliés qui resurgissent le temps d’une nuit agitée… Tout ça fait qu’aujourd’hui, je suis telle que je suis avec mes forces et mes faiblesses.

Je deviens culcul, pardon, mais c’est vrai… Parfois, j’ai envie de faire une liste comprenant toutes celles et ceux qui ont marqué mon existence pour ensuite les remercier. Puis, je me dis qu’ils me prendraient pour une dingo. Néanmoins, quand je croise l’un(e) ou l’autre, il m’arrive de balancer ma reconnaissance avec maladresse.

Voilà, c’était le monologue du dimanche rempli de bribes de passé.

Aujourd’hui, je suis heureuse, enfin je crois.

Et puis, dehors, le soleil est haut dans le ciel.

20840086_10155629633558147_1740002350_o
Un petit mot d’un grand Monsieur qui m’a appris beaucoup.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s