Les identités multiples

Allô le blog,

Je t’écris aujourd’hui pour te parler d’un sentiment nouveau: avoir le cœur partagé entre deux pays (ouioui).

Je m’explique.

Je suis de retour en Belgique depuis 10 jours et je rentre bientôt à Beyrouth. Je dois bien l’avouer, ces derniers temps, mon cerveau ne sait plus très bien sur quel pied danser.

Tu vois, à chaque fois que je reviens à Bruxelles, ça me fait la même chose. Les trois premiers jours, je me dis que la Belgique c’est triste, que tout le monde tire la gueule, qu’il fait gris, que je cours de gauche à droite mais que la vie est ailleurs. Et puis, les journées passent et je finis par me relaxer. Je revois mes vieilles copines, je sens qu’on est potes pour la vie et ça me gonfle le cœur. Je retrouve mes marques, mes habitudes. Après trois jours gris, un peu de bleu fini toujours par arriver et tout va mieux. 

Je croise de vieilles connaissances au coin d’une rue, puis, tout d’un coup je me rappelle que oui, ma vie est ici. J’ai beau avoir quitté la Belgique depuis deux ans et demi (même si je suis revenue sporadiquement) rien ne change vraiment.

C’est chez moi. Point barre. Mes proches vieillissent, les quartiers se gentrifient, les mentalités évoluent (pas toujours pour un mieux) mais grosso modo tout reste plus ou moins pareil.

Cette fois-ci, j’ai décidé de prolonger un peu mon retour au plat pays. Mes allers-retours en coup de vent me fatiguent et finissent par me dégoutter de mon propre chez moi. Entre les réunions, les rdv pro, les retrouvailles en vitesse, les problèmes familiaux: le programme est souvent chargé.

Je n’ai presque jamais le temps d’observer la vie nonchalamment, de me poser, de profiter un peu.

Cette fois-ci donc, j’ai décidé de dire fuck (oui carrément) au stress et d’apprécier Bruxelles à sa juste valeur.

Étonnamment, je ne l’ai jamais autant sentie mienne. Et pourtant, je sais que je la regarde différemment. Il n’y a rien à faire, Beyrouth est toujours dans un coin de ma tête.

Voilà, un an et demi que j’essaye de faire de la capitale libanaise mon lieu de vie. Des jours je l’aime, d’autres je la hais. Mais, quoi qu’il arrive le Pays des Cèdres est dans mon coeur, dans mes tripes et dans mes neurones à jamais (enfin je crois).

Autant je me sens bien en Belgique autant le Liban me manque vraiment; mon mec (mais ça, ça coule de source), le chaos, le bruit (je ne pensais pas dire ça un jour), les sourires, les amis (bha oui on s’attache), la lumière, l’animation des rues, l’ambiance, les taxis (oui je me suis embourgeoisée), les odeurs (sauf celles de poubelles), la bouffe, la facilité de contact, la bienveillance des gens, la chaleur, les montagnes, la mer, la résilience et plein d’autres trucs aussi.

C’est en moi. C’est comme ça.

Durdur d’expliquer ça ici, à Bruxelles. C’est un autre monde, puis, tout le monde s’en fou.

Même chose dans l’autre sens; mes proches, le vélo, les vieilles brasseries, les parcs, les maisons art nouveau, la bouffe (oui encore), les potes à la vie à la mort, Tissu Orange (c’est une longue histoire), les espaces culturels trop cool, les boutiques (oui je deviens un peu fashion des fois), la facilité de connaître quelqu’un qui connaît quelqu’un (pour ça Bruxelles et Beyrouth se ressemblent vraiment), le multiculturalisme, le vert des arbres et l’orangé des façades, le calme et plein d’autres trucs aussi.

C’est dans moi. C’est comme ça. (Je répète exprès, pour donner du style, t’inquiète pas).

Vas-y expliquer ça là-bas, à Beyrouth. C’est un autre monde, puis, tout le monde s’en fou.

Tu l’auras compris, je suis partagée entre deux pays. Ou doublement enrichie (c’est selon).

En fait, je suis heureuse je crois, d’avoir la chance de vivre ça.

La culture de deux mondes.

Mon cœur balance. Mais c’est la vie.

Je ne suis plus « rien que » belge, je ne serai jamais qu’un peu libanaise.

Voilà, je voulais te raconter ça.

Tot binnenkort, yalla bye.

Mon activité préférée dans la vie: songer la tête sur l'oreiller
Mon activité préférée dans la vie: songer la tête sur l’oreiller
Publicités

2 réflexions sur “Les identités multiples

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s