Un petit souvenir d’été

Avant, j’étais p’tite.

J’habitais dans un immeuble entouré d’un grand jardin. Un truc un peu bourgeois avec un terrain de tennis et une piscine. Avant d’arriver dans la propriété, il y avait un petit pont, fallait klaxonner pour prévenir les voitures qui arrivaient de l’autre côté.

Le train passait tout près de chez nous. Ça faisait du bruit un peu quand on ouvrait les fenêtres.

Le jardin était bien tondu par le concierge. Il y avait même deux balançoires. J’allais pas trop fort dessus parce-que j’ai toujours été du genre poule mouillée avec ces trucs. Mais le fait de me balancer me donnait envie de chanter « 1,2,3 nous irons au bois, 4,5,6 cueillir des cerises, 7,8,9 dans mon panier neuf, 10, 11, 12 elles seront toutes rouges ». J’aimais ça les cerises, surtout quand on pouvait en faire des boucles d’oreilles.

Derrière les balançoires, il y avait une rangée de sapins. C’était le fouillis là-dedans. Et puis, la rangée de sapin continuait derrière le terrain de tennis, tout autour de lui. Ça faisait comme un couloir d’épines. Avec ma voisine-copine, on avait quand même pas mal peur d’y aller. Notre jeu préféré était de traverser ce couloir, rebaptisé « le parcours aventure ». Il fallait pas se prendre les cheveux dans les épines, ni trébucher sur les branches. C’était pas facile. Le pire, c’était les toiles d’araignée. On avait les chocottes mais quand on ressortait on était fières et on se sentait super fortes.

C’était des émotions quand même grandes. Quand je revenais à la maison après une journée à jouer dehors, ma jupe était toute sale et mes mains sentaient la terre. Je courais dans la cuisine pour manger plein de cerises. J’avais la bouche bien rouge et je crachais les noyaux partout. Ma mère se fâchait.

On prenait le repas sur la terrasse en regardant le soleil se coucher derrière les arbres et puis je m’endormais en étant déjà pressée d’être le lendemain pour aller jouer dans le jardin.

Puis, un jour, j’ai grandi.

Il y a pas si longtemps, je suis retournée dans le jardin du vieil immeuble, les travaux du RER ont détruit une partie du parcours aventure. Les balançoires sont toujours là,un peu vieillottes mais intacts. J’ai trouvé que le jardin était tout petit, moi qui le pensais immense. C’était bizarre.

J’ai pas pu m’empêcher de chantonner « 1,2,3 nous irons au bois, 4,5,6 cueillir des cerises, 7,8,9 dans mon panier neuf, 10, 11, 12 elles seront toutes rouges ». Et ce soir-là, je suis allée m’acheter des cerises…

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s