Allô Bruxelles, c’est comment la situation chez toi?

Nan, Bruxelles n’est pas un nid à terroristes. Ouais, c’est une chouette ville à visiter. T’as des doutes là-dessus ? Passe un coup de fil à la ville. Un Bruxellois t’expliquera tout.

A en croire les medias internationaux, Bruxelles est une terrible zone de guerre. En vérité vraie, malgré la menace, le quotidien des bruxellois n’a pas vraiment changé. Bien-sûr, mi-novembre, la quasi paralysie de la ville pendant le niveau 4 (menace « sérieuse et imminente ») a été vécue difficilement par la majorité des habitants mais depuis que le niveau est redescendu à 3, la vie a repris le dessus. Bruxelles est une ville plutôt cool qui regorge de cafés, de musées, de théâtres et de fêtes. Vraiment, on y est bien. (Puis y a d’la bière, du chocolat, des bd, des frites et des peintures de Magritte). Le hic, c’est que depuis les évènements, la ville a perdu 20% de ses visiteurs. Face à cette situation, Visit Brussels, l’agence du tourisme de la Région de Bruxelles s’est retroussé les manches en lançant une grande campagne internationale pour faire revivre le tourisme bruxellois : Call Brussels.

Screenshot_2016-01-10-11-11-16

Quand on hésite à se rendre dans un pays pour des raisons de sécurité, rien de mieux que de demander aux locaux ce qu’ils en pensent… C’est à partir de cette idée qu’est née la campagne #callbrussels. La ville a installé trois cabines téléphoniques éphémères dans différents quartiers  de la capitale : au Mont des Arts (lieu très touristique, à quelques pas de la Grand-Place), à Flagey (quartier très vivant et branché) et sur la Place Communale de Molenbeek (un quartier très animé mais aussi (mal)connu comme « la plaque tournante du djihadisme européen »). A partir de ton ordinateur ou de ton smartphone, toi, internaute, tu peux appeler gratuitement l’une des trois cabines via le site web https://call.brussels/ A l’autre bout du fil, à Bruxelles un passant, un « local » ou un touriste finira bien par te répondre.

callbrusels

Le concept : un téléphone sonne dans le vide (à la manière d’Amélie Poulain), certains passent sans prêter attention, d’autres plus téméraires, décrochent et écoutent les questions des futurs touristes ou des simples curieux. Des webcams filment en direct les trois lieux, ce qui permet à l’utilisateur d’observer son interlocuteur. Le tout est diffusé en streaming sur internet.

Le 18 janvier, l’agence diffusera un petit film reprenant les meilleurs passages, via les réseaux sociaux et l’achat d’espaces média dans le monde entier. La campagne au total coûtera un demi-million d’euros (ouais c’est pas rien). Le pari était risqué. Est-ce que les internautes allaient appeler ? Pour dire quoi ? Qui allait décrocher ? Les gens allaient ils jouer le jeu d’un côté comme de l’autre du téléphone ?

Le succès semble être au rdv. En 24h plus de 1800 appels ont été échangés. L’expérience a duré 5 jours et se termine ce lundi à 19h (heure locale).

Pierre un jeune bruxellois avait entendu parler des téléphones, comme il passait par Flagey avec un ami, ils se sont dit «go and try ». « On a eu un corse en ligne. On a discuté de Bruxelles, de ce qui se passe et aussi de la Corse. Il nous voyait à travers la caméra, ça l’a rassuré je crois. Il a posé quelques questions mais il n’était pas vraiment inquiet. C’était plus une chouette interaction sociale entre deux personnes. »

Hier, j’ai pris mon courage à deux mains pour appeler ces inconnus dans la rue (parce-que oui je viens de Belgique mais en ce moment je vis loiiiiin). Pour être tout à fait honnête, c’était assez intimidant. Point faible du système, la connexion est peu lente, il  y a un décalage de quelques secondes. Par contre, voir la scène en direct sur l’écran de son ordinateur est assez excitant, les gens qui passent près du téléphone, quelqu’un approche, hésite et finalement décroche et, nous voilà en ligne à discuter.

A Flagey, Yves a directement décroché le téléphone : « Mais oui tout va bien, comme toujours. Il se passe rien à Bruxelles à part quelques fanatiques un peu fous mais c’est pareil dans toute l’Europe ».

Au Mont-Des-Arts, c’est une bande de jeunes demoiselles qui ont pris le cornet en riant « Ouiii, Bruxelles va bien, tout va bien merci. Il faut venir, hein ! »

Et enfin à Molenbeek, après avoir sonné dans le vide plusieurs minutes, c’est un petit ket (comme on dit ici) qui a répondu « Moi, j’ai 8 ans et je cherche quelque chose au marché et toi, t’es journaliste ? Tu cherches les terroristes ? »

Espérons que cette campagne redonne ces lettres de noblesse à la capitale belge malgré l’actualité qui continue de l’accabler. En tout cas, je t’invite à tenter l’expérience Call Brussels (qui se termine dans quelques heures) pour papoter un petit bout avec les bruxellois ou si t’es bruxellois toi pour tailler la bavette avec un « d’ailleurs ».

Publicités

Une réflexion sur “Allô Bruxelles, c’est comment la situation chez toi?

  1. C’est une belle initiative que celle-ci 🙂 J’espère que les touristes vont recommencer à venir à Bruxelles, ce serait dommage de rater une si belle capitale. Et nous, belges, on est quand même des gens joyeux et bons vivants 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s