Bruxelles.

J’ai mal mon cœur quand je vois des titres d’articles du genre « Bruxelles, le terreau du terrorisme en Europe ». Ouais, ça me fait une grosse boule qu’on parle de ma ville comme ça. Alors aujourd’hui, pas de politique-panique, mais un peu de douceur dans ce monde de brutes. Bruxelles, je t’aime, puis je te le dis et je l’écris.

Tout d’abord, faut que tu saches qu’à l’étranger quand quelqu’un prononce BruXel et pas BruSSel, et ben je te défends. Aussi, quand on parle de « guerre entre Flamands et Wallons » (une fois sur deux ils prononcent Vallons) ben, je prends le temps d’expliquer comme je peux qu’au nord il y les Flamands, au sud les Wallons et au milieu il y a toi, Bruxelles et ta tour de Babel. T’es incroyable t’sais avec ta michpopote de langue dans le métro : français, néerlandais, anglais, arabe, portugais, allemand,  turc, espagnol, chinois, pakistanais, polonais, bulgare,… Tu te rends compte de ta richesse ? T’es étonnante, et  même si ton temps est pourri t’es chaleureuse. En plus, quoi qu’il arrive, tu trouves des solutions, fin des compromis. Ouais, t’es parfois absurde, mais c’est ta marque de fabrique. T’as fait de l’autodérision un sport national. T’es contradictoire aussi. T’as tes bourgeois qui roulent en mini, puis tes pauvres qui zonent dans le métro. T’es souvent injuste avec les faibles et tu te caches les yeux. T’es pas parfaite Bruxelles, oh, non. Tu te gentrifies, puis t’es quand même malhonnête.  Mais t’es comme t’es, jamais vraiment solide, toujours un peu entre deux. On va pas se mentir, t’es pas la plus funky, ni la plus jolie. Mais t’es toi, avec ton canal qui a envie de se pendre et tes habitants qui ont bon cœur. Bruxelles, ces derniers jours, c’était pas chouette de te voir avoir peur. On te veut vivante. Qui mange des trucs un peu gras, et  qui boit trop de verres. On te veut EN VIE avec tes peye dans leur bar dés 9h, avec tes bureaucrates pressés sur les grands boulevards, avec tes zonards sur les bancs du centre-ville, avec ta jeunesse éclairée dans les rues d’Ixelles,  avec tes vieux, tes jeunes, tes moches, tes beaux, tes réfugiés, tes gauchos, tes handicapés, tes flamingants, tes artistes, tes étrangers, tes hipsters, tes métissés, tes désabusés, tes bobos, tes religieux de tous bords, tes révoltés, tes cons, tes idéalistes. Avec tous ceux-là, et puis tous les autres.

Presque 2 million de kets qui t’aiment. Penses-y.

Longue vie à toi Bruxelles. Longue vie à toi.

dyn002_original_640_399_pjpeg_2565708_25c6a51f156629f900492ef6813c7604

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s