Chronique de Beyrouth (1) : Tempête

Chère Beyrouth, voilà 19 jours que mes 38 kilos de bagage et moi-même avons atterri chez toi. Voilà, 18 matins que je me réveille sous ton ciel, avec une curiosité qui ne cesse d’augmenter.

Aujourd’hui, tu es jaune, le sable des déserts voisins a envahi ton air le temps d’un violent chamboulement des vents.
Tu sais être surprenante; à peine s’habitue-t-on à ton bleu éclatant que tu changes de couleur.
La stabilité, Beyrouth, définitivement, ce n’est pas ton truc.

C’est le chant des cigales qui me sort du sommeil. Je distingue ensuite les cris des voisins et les klaxons qui retentissent depuis la rue.
Le silence, tu ne le connais pas. On dirait que tu ne dors jamais. Comme si l’apaisement total pouvait t’engloutir. Alors tu t’agites, de jour comme de nuit. Tu luttes pour la vie.

Il y a les odeurs de cuisine, de mazout, de narguilé, de goudron chaud, d’essence et de poubelles.
Le meilleur comme le pire ; on dirait que c’est ta spécialité.

Ton peuple est en colère. La tristesse est infinie. Ils rêvent d’ailleurs. Ils te quittent les uns après les autres, parce que tu ne sais pas les retenir.

Tu es belle et voluptueuse à l’image de tes femmes. Mais tu es aussi sale et corrompue; tu deviens un immense tas de poubelles.

Tu es insaisissable et terriblement compliquée. A chaque jour, je pense t’avoir compris un peu mais je me rends compte que ce n’est qu’illusion.

Malgré tous tes défauts, tu es fascinante. Petite terre de mer et de montagnes qui se meurt de l’intérieur.

Ils sont des milliers à descendre dans tes rues parce que malgré tout ce que tu leur fais vivre, ils croient en toi. Il faut que tu les écoutes. Ils t’aiment et veulent ton bien. Tu es belle et vivante. Tu ris, ta chair est bonne, et puis tu danses alors que pour le quart de la moitié de tes fardeaux d’autres auraient déjà succombé.

Tu me déroutes Beyrouth.

J’ai hâte de me réveiller demain pour encore et toujours te découvrir sous un nouveau jour.

A bientôt,

Le ciel jaune de ce matin de tempête.
Publicités

3 réflexions sur “Chronique de Beyrouth (1) : Tempête

  1. Tu me fais pleurer. Le Liban me manque. (Si tu veux découvrir le Liban des Jarjoura, le Beyrouth des journalistes culturels & révoltés, fais-moi signe, l’oncle se fera un plaisir de te parler au détour d’un whisky.) (Ton article sur la guerre de 2006 me fait penser à un bouquin/pièce de théâtre, autre guerre, autre époque, même pays « Le jour où Nina Simone a cessé de chanter ».)

    Voilà, c’est tout. Je veux venir.

    J'aime

    • Hé merci Maya! ça me touche dis! Ah oui mon frère m’a offert « Le jour où Nina Simone a cessé de chanter », je crois qu’il est resté dans ma chambre à Bruxelles, je le prendrai avec moi la prochaine fois, je ne l’ai pas encore lu! Hé oui, je découvrirais le Liban des Jarjoura avec plaisir!
      Belle journée et bonjour à Bruxelles. Je fais un bisou au ciel de Beyrouth de ta part!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s