Entre deux

Un soir.
Une nuit.
Ou un entre deux.

Le papillon qui meurt.
Dans une prison d’abat-jour.
C’est un vilain mot abat-jour.

Le ciel déchiré par la foudre.
Et puis le monde qui tremble.
L’orage, cette peur d’un autre temps.

Un drôle de fracas intérieur.
Une sorte d’euphorie.
Ou peut-être un vertige.

La tempête.
Et puis le calme.
Comme si de rien.

Un soir.
Une nuit.
Ou un entre deux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s