« Maintenant que t’as connu l’étape, on peut dire que t’es un peu québécoise. »

Oh!
Je viens de relire ce que j’avais écrit sur ma vie d’ici, c’est drôle, ça date d’il y a seulement deux mois mais j’ai l’impression que c’est plus moi.

C’est que, pour vrai, je me sens plutôt bien maintenant.
Fini le temps où, je m’excusais d’exister. Je commence à créer des liens forts, à m’attacher.

C’est sur, avoir confiance, ça prend un peu de temps. On apprend à se connaitre, on s’apprivoise tranquillement-pas-vite. Ça devient de plus en plus chouette et voilà un jour, t‘as envie de prendre l’autre dans tes bras.

Le Québec, (ou devrais-je dire les Québec), c’est tellement fou, grand et beau.

Et ce sentiment incroyable de liberté; pouvoir aller où tu veux quand tu veux avec qui tu veux.

Cet apaisement, cette quiétude.
Cette langue si vivante, que j’ai déjà peur d’oublier.
Ce froid qui revigore, et ce soleil qui éblouit.

Puis la neige.

La découverte du silence, le vrai, au milieu de la forêt.

Des gestes simples qui réchauffent le coeur à en pleurer.
Les attentions qui changent tout, et l’envie immense de donner en retour.
Ces rencontres furtives et celles plus intenses.

Des pouces levés sur la route.

Quatre mois, trois saisons.

Pas de maladie, pas de pleurs; un miracle.

Puis les amis, les vrais, ceux qui sont là, même à 6000 kilomètres.

Les démons qui reviennent de temps en temps mais, au creux du bras, cette petite madame gravée dans la peau pour se rappeler que la vie est trop courte pour ressasser tout ça.

À bientôt les copains, serai heureuse de vous retrouver.

Pis, toi le Québec, toé, toé, toé, MERCI.

10801784_10152892508568147_2895200189393790715_n

ps: (petite explication du titre de cet article) entre la région du Saguenay et Québec, il y a la réserve faunique des Laurentides, une immense forêt, genre vraiment immense, une autoroute la traverse pendant deux heures (d’ailleurs de part en part de la route il y a des clôtures pour empêcher les collisions avec les orignaux) et bref, sur cette fameuse autoroute il y a un resto au milieu de rien: l’Étape. (Voilà pour la petite histoire)

Publicités

Une réflexion sur “« Maintenant que t’as connu l’étape, on peut dire que t’es un peu québécoise. »

  1. Ma jeje

    Je viens de relire ton texte et je le trouve magnifique et touchant.

    En cette période de fêtes, tu me manques beaucoup « ‘en dehors des fêtes tu me manques aussi »

    Termine bien l’année mon p’tit loup et commence, dans la joie 2015.

    Donne moi des nouvelles. Je pense que tu te trouves à Montréal pour terminer l’année.

    Je t’embrasse de tout mon cœur.

    maman

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s