Rougir: Petites tracasseries du quotidien.

Dans la vie, j’ai un petit problème corporel: je rougis. Okay, ce n’est ni un bec de lièvre, ni un troisième sein mais bon, néanmoins, ce satané corps me joue bien souvent des tours…

Non contentes de rougir pour 10000 causes extérieurs (j’ai un peu trop chaud ou un peu trop froid, je suis un peu trop fatiguée ou un rien éméchée…), mes joues se pâment aussi d’un rouge vif à la moindre occasion: un compliment, une question un brin personnelle, une connaissance croisée au coin de la rue, une allusion sexuelle, un bruit de prout avec la bouche, une blague un peu nulle que personne ne comprend, une demande d’information à un vendeur dans un magasin (ça, ça me le fait à TOUS les coups)… Le hic, c’est que parfois même souvent, ce n’est pas tant la situation qui me gêne mais le fait que je me sente rougir sans pouvoir l’expliquer: je vois que l’autre me voit rougir et bardaf, c’est à cet instant précis que ça devient terriblement embarrassant.

Au fil des années, j’ai fini par développer quelques techniques pour essayer de reprendre un peu de contenance (me concentrer avec la plus grande attention du monde sur les écailles de mon vernis en est une). Si par malheur c’est le feu total, que je sens que je me rattraperai pas, que je vais bafouiller, transpirer et me prendre la honte de ma vie, alors, je m’enfuis en me cachant dans mon écharpe. (En été, j’ai pas d’écharpe, mais comme il fait beau, on peu croire que j’ai un coup de chaud). Il n’empêche que la meilleure tactique, celle qui me sauve bien souvent est la bonne vieille blague du « oups, je sens que je suis en train de rougir. HA-Ha-Ha. ». (Par contre ça ne marche pas à tous les coups, si je lache ce genre de lolerie au mec à qui je suis en train de demander mon chemin, j’aurai quand même l’air fort bête (voire un peu folle)).

Ce qui est bizarre dans tout ça, c’est que fondamentalement, je ne pense pas être quelqu’un d’attrocement timide ni de complètement mal dans mes sandales. Alors pourquoi? Et bhen, je sais pas, il y a des trucs dans la vie qui s’expliquent pas. Par contre, il y a une chose que la catégorie des gens-qui-rougissent-pas doivent comprendre: c’est pas parce que nous, l’espèce des gens-qui-rougissons, nous virons au rouge d’un coup d’un seul que nous vous kiffons spécialement ou sommes complètement impressionnés par vous. Rougir ≠ Vivre une émotion immense. Je casse un mythe là, hein ouais?

Par contre, quand face à quelqu’un qui me plait un peu vraiment (c’est incroyablement rare mais ça arrive), mon corps trahit mes sentiments, j’ai alors envie de me transformer en flaque comme Alex Mack (si tu ne sais pas qui est Alex Mack, tu es officiellement passé à côté de ta jeunesse). Comble de malheurs, dans ces moments de hautes trahisons corporelles, je me donne tellement d’ordres à moi même pour arrêter de rougir, que du coup j’arrive plus à suivre la conversation, ce qui me donne l’air légèrement attardée et donc, naturellement, je rougis encore plus et bref je me grille à mort (subtil hein le jeu de mot?).

Bon, après tout, on s’en fout royal! Cependant, je profite de ce post pour maudir tous les nuls qui m’ont dit un jour « ouuuuh tu rougis » ou pire encore « pourquoi t’es toute rouge? », me plongeant alors dans un infini moment de solitude. Vous, les gros nazes, je vous tire la langue bien bien fort.

Moment vocabulaire: l’ereuthophobie est la peur de rougir. Si vous le placez dans une conversation cette semaine, faites moi signe, je vous offrirai un sugus goût ananas.

Ciao.

IMG_20130504_234907

La technique de la tête dans le pull. Testée et approuvée.

Publicités

Une réflexion sur “Rougir: Petites tracasseries du quotidien.

  1. J’ai bien ri en lisant ce billet. Je suis en train de parcourir ton blog que je viens de découvrir et que je trouve sympa, frais, par moments juste drôle et par moments bien intéressant.

    J’ai le même problème et je reconnais bien les moments gênants que ça provoque !
    Le coup de la question un brin personnelle, ça me le fait souvent et ça m’énerve parce que je ne sais pas pourquoi je rougis et que ça me donne l’air de dire un truc super honteux.
    Pire : quand je suis vexée par une remarque mais que j’aimerais beaucoup que ce ne soit pas peint sur mon visage !
    Et puis il y a aussi le fait d’avoir l’air pochetronnée après seulement un verre de vin… 😀

    Bonne continuation sur ce blog !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s