Le message du lendemain

Un verre, deux verres, trois verres, un bisous, deux bisous, trois bisous. On va chez toi? On va chez moi? Salut, ciao. A bientôt.

Lendemain 14h, réveil difficile. Réminiscences des aventures de la veille. Sentiments de je m’en foutisme, de joie et de gêne s’entremêlent. Impossible de ne pas penser à ce type pour qui tu as laissé ta pudeur et ta sobriété à l’entrée de la soirée.

16h: Tu appelles tes trois meilleurs potes pour le conte de tes péripéties. Tu voudrais sortir un peu, profiter de ta journée (du moins ce qu’il en reste) mais il pleut, tu as la flemme et puis ton divan a pris ton postérieur en otage. Te voilà, seule dans le canap’ face à tes prises de tête et ton gsm qui ne sonne pas. Tu hésites pour la 50ième fois de la journée à lui envoyer un sms. Tu cherches à faire de l’esprit, à être piquante et marrante mais rien ne vient à part « Chouette moment hier! ». Plutôt plat comme formule. Tu renonces au sms.

Tu finis par t’endormir dans ce bon vieux fauteuil trop confortable, pour sure, ce n’est pas aujourd’hui que tu changeras la tournure du monde.

19h, deuxième réveil de la journée. Ton ventre crie famine. Les restes du frigo ne sont pas très ragoutants mais bon, on est dimanche et tu es toujours en pyjama donc voilà.
Alors que tu tritures dans ton bol de kellogs en zonant sur le net, en une seconde, ton teint gris de lendemain de veille se pâme d’un voile rose: Oh Miracle, une friend request, c’est lui.
Animée par cet événement fascinant, tu trouves enfin le courage de sortir de chez toi, d’affronter la pluie et de retrouver tes amis fidèles. Rebelote, tu leur reracontes toute l’histoire. Chacun y va de son conseil. En 2 heures de conversation et quelques verres, tes amis et toi (mais en fait surtout toi) avez déjà imaginé votre second rdv, votre premier ciné, vos futurs pic-nics au parc et vos brunchs du dimanche matin… Malgré tout, tu te fais force pour ne pas penser à la suite pcq bon quand même on a plus 17 ans, hého. C’est vrai quoi, avant de répondre à sa demande en mariage, faut d’abord que tu rentres répondre à sa demande Facebook. Soyons un peu réaliste.

De retour chez toi, tu cliques sur le petit rectangle « confirm »; premier symbole de votre union, après quoi, machninalement, tu checks ses 14 photos de profil (le jour où facebook indiquera qui consulte le profil de qui, tu vivras la plus grande honte de ta vie). Tu te décides à lui écrire un message plein d’humour et de second degré. Tu effaces. Tu réécris. Tu rééfaces. 10 fois de suite. Une heure et demi plus tard, les yeux qui piquent de fatigue et de lumière d’écran, tu finis par envoyer ce bon vieux: « Chouette moment hier! » Mais attention, tu finis ton message par « Bises, à bientôt » et tu as soudain l’impression de lui avoir écris la plus grande déclaration de tout les temps.

Après toutes ces émotions, tu rejoins Morphée en checkant au passage ton super smartphone pcq ouioui tu t’en fous qu’il te réponde mais bon quand même.

Lendemain 18h, (après 57 « quel con, il m’a même pas répondu ») tu reçois: « Oui, très chouette… ça a été la reprise au boulot? Bonne soirée, à bientôt, bisous. »
Chaque mot est sujet à 100 interpretations. Tu portes également une grande attention à la ponctuation, pcq bon « … » « . » ou « ! » ça veut pas dire la même chose. (Si tu avais travaillé tes versions latines avec autant de dextérité que les messages du lendemain, tu serais devenue professeur émérite). Tu rappelles tes (pauvres) potes en trombe (c’est jamais que la troisième fois en 24h) et leur racontes ce rebondissement follement exitant. (Tes amis sont des gens très patients et gentils).

Bref. La suite varie. Si vous voulez que les 2 personnages de cette histoire se revoient et rigolent bien ensemble de ces kitscheries infinies, allez à la page 19. Si vous voulez qu’ils ne se retrouvent jamais, allez à la page 14. Si vous voulez, qu’ils continuent à s’envoyer des messages nuls, qu’ils se recroisent et qu’il ne se passe rien d’exceptionnel, restez ici.

Allé à bientôt (en langage message du lendemain: comprenez j’ai envie de vous revoir) et non pas à + (je m’en fous de vous voir mais comme Bruxelles est minus, on se croisera sûrement dans le bus). Bon, sur le coup, je suis trop fière de ma rime donc je m’arrête pour de bon!

ps: Si tu veux tu peux liker la page https://m.facebook.com/unjourjetiendraiunblog on y est bien tu verras. KissKuss.

IMG_20130419_133002

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s