Lettre à mon futur employeur

Cher futur patron,

Je vais te tutoyer parce-que bon, tu vois je fais de la com’ et dans la com’ on est cool, relax et sympa et donc on se tutoie.

Si tu es mon futur patron, je dois tout d’abord te remercier. Je m’explique, je fais à peine mes premiers pas dans-la-vraie-vie-d’adulte mais s’il y a une chose que je commence à bien comprendre c’est que trouver un travail = GROS GROS coup de bol ou GROS GROS piston ou GROS GROS job de merde (mais ça, ça compte pas). Donc merci de me donner ma chance. (moment d’émotions, hein oui?)

En effet, on pourrait croire de manière naïve et complètement puérile qu’en ayant fait (et réussi) des études, en étant passionnée, en ayant soif d’apprendre, en ayant envie (oui, envie) de mettre mon énergie et mes connaissances au service d’un tiers (je crois que mes lettres de motivations déteignent sur mon langage de tous les jours)… En cumulant tout ça, on pourrait croire que se lancer dans la vie et trouver un job serait logique. AH, OUI MAIS NON. La vraie c’est plutôt: « WAOUW t’as trooooooop de bol t’as trouvé un bouloooooot » et/ou « WAOUW tu as fait 5 ans d’études et tu tries une base de données TROP DE CHANCE » ou encore « WAOUW t’as trouvé un (chouette) boulot après avoir travaillé à temps plein bénévolement pendant un an, TROP BIEN ». Genre.

-Travailler, n’est plus monnaie courante ma p’tite dame, c’est plus ce que c’était.-

Point important: faut que tu dises à tes autres potes patron d’arrêter avec les 3 ans d’expérience. Non mais parce-que moi je comprends pas, si tout le monde demande à tout le monde trois ans d’expérience quand est-ce que tu la commence ta fucking expérience? Et puis si c’est pas les 3 ans, c’est les trois lettres maudites: ACS.

Mais nous, comment on fait nous?

Et puis, alors, bon ça t’y peux rien mais… on se tape trois ans de maternelle, 6 ans de primaire, 6 ans de secondaire et 5 ans d’unif et sur les dizaines et les dizaines de profs qu’on a pu avoir, il y en a pas un seul qui a eu la présence d’esprit de nous expliquer quelques notions du genre: assurance, mutuelle, épargne, pension, indépendant, syndicat, chômage, sécurité sociale. Les parents?  Ils t’expliquent comment avoir des gosses mais pas comment devenir adulte… Quant à la déclaration d’impôts, j’aurai besoin de quelques infos aussi mais bon, ça ça tombe sous le sens.

Dis, il parait que la première année on a pas droit à des vacances. En même temps, en Belgique c’est un peu la teuf à « la première année t’as pas droit », non? Ouioui, tu as bien deviné, je parle du… STAGE D’ATTENTE. Alors, celui qui a décrété ça, il était pas le plus fin psychologue de la terre entière. Déjà que quand on sort de nos études, on est un peu paumé dans la vie: Qui suis-je? Où vais-je? Dans quel état j’erre? Malgré cela,  on doit répondre 45 fois par jour  à la (très simple) question « Aloooors, que ce que tu vas faire maintenant? » Héhé. LOL. Pendant ce temps, le monde du travail te dit « tu es jeune, on veut quelqu’un qui a plus d’expérience » et la société te dit « oh, mert’ hein, démerde toi ». Du coup, tu te retrouves face à toi même, à tes questions, tes indécisions. (et à ton portefeuille vide).

Un jour, je me dis « je m’en fou, je me casse, je vais vivre loin d’ici d’amour et d’eau fraîche« , puis quelques heures plus tard:  » je dois rentabiliser mon temps, je vais plutôt chercher un stage de dingue à l’étranger« , et encore un peu plus tard « en fait,  j’ai besoin de thune, je postule au Quick » et pour finir « mais quoi, il y a pas de raisons: je vais devenir reine du monde + créer la plus grande boite de com’ de tous les temps et prouver à tous ces vieux pourris que les messages clignotants sur un site internet c’est aussi pathétique que le dernier clip de Matt Pokora« . Mais finalement, je fais rien parce-que je ne sais pas par où commencer, que j’ai pas d’argent et qu’ à force d’avoir tant réfléchi, il est déjà l’heure de manger. Du coup, je me contente de vérifier mes mails et de cliquer sur « rafraîchir la page » des offres d’emplois toutes les heures, en vain.

Mais grâce à toi, ma vie va changer. Je vais découvrir les joies du monde du travail. Stresser les premiers jours mais prendre mes petites habitudes par la suite. Acquérir de l’expérience (et approcher le Grâle des trois ans). Je me réjouis.

Bon, je te dis à bientôt alors (j’espère vraiment). RDV à la senseo.

ps: si tu veux, « Un jour, je tiendrai un blog » a même une page Facebook, par ici l’ami: https://m.facebook.com/unjourjetiendraiunblog

Publicités

16 réflexions sur “Lettre à mon futur employeur

  1.  » il y en a pas un seul qui a eu la présence d’esprit de nous expliquer quelques notions du genre: assurance, mutuelle, épargne, pension, indépendant, syndicat, chômage, sécurité sociale.  » C’est tellement vrai! Et tout qui te tombe en même temps sur le coin de la gueule, c’est pas très rigolo.

    J'aime

  2. On donne pas de solutions pendant les etudes c’est vrai, ni même après, ceci dit, la créativité paye toujours un jour… Ce genre d’article mis réellement en pratique pourrait p-e marcher 🙂 … Jouez la carte du culot met a mon sens un atout essentielle en valeur : ta personalité. Et perso avec ma « petite experience » de 3 ans dans le monde du travail, j’ai l’impression que les employeurs cherchent plus qqun qui a du caractère et qui s’intégrera facilement a l’équipe plutot qu’un etudiant distingué de Solvay Business School…

    Faut arrêter de rever et provoquer le reve, tout ce que tu risques c’est un refus, alors autant y aller franco a un entretien et mettre ton CV en valeur de manière originale !

    HTH.

    J'aime

  3. Très bon 😀 J’ai bien ri aussi avec l’accueil au Canada! (Même si sur le coup, ça n’a pas du être marrant!) Aaaaaah les joies de l’administration et ses papiers à signer, je compatis tellement! J’espère que tu as pu y retourner en fin de compte 🙂

    J'aime

  4. Joli article, très bien écrit comme toujours. Je suis d’accord avec toi sur la majorité des points que tu évoques. Mais pour moi, le nerf de la guerre est ailleurs: c’est la promotion des études supérieures dans le contexte économique actuel…

    Quand tu commences l’univ, tout le monde t’encourage et te dit que c’est la bonne voie vers une chouette vie où tu pourras travailler et gagner ta vie plus que correctement. Ce qu’on oublie de te dire, c’est que certains cursus ne donnent simplement plus de débouchés. Quand j’ai commencé l’UCL, j’ai rencontré un nombre impressionnant d’étudiants en psychologie, communication, marketing, commerce extérieur, qui me disaient « Moi, j veux faire d la pub chez LVMH » ou « Moi, j serai être profiler à la défense »… Je ne vais pas m’étaler et expliquer ce qu’ils font aujourd’hui (…quand ils font quelque chose).

    Aujourd’hui, on est dans une période post-crise, l’économie a changé. Pourquoi diable y a-t-il toujours 500+ nouvelles têtes en communication à l’UCL, à chaque rentrée? Il est grand temps de se rendre compte de la réalité à laquelle on fait face: une économie de marché poussée à l’extrême dans un contexte de croissance très faible (bon allez OK, nulle en Europe). Les entreprises (toutes – même les Fortune 500) concentrent tous leurs efforts (et ressources) à innover pour tenter de survivre – pas en communication ni en marketing. Terminée est l’époque où leur budget pour ces fonctions dépassait 30% de leurs overheads…

    C’est juste mon avis personnel. En ce qui concerne ton cas, de toute évidence, tu finiras par trouver un job (chiant au début) pendant quelques (plusieurs) d’années qui te permettra d’évoluer et de trouver, par la suite, ta voie. La raison? Je suis tes articles sur ce blog depuis un moment, et ta personnalité (qui plaira j’en suis sur aux patrons), n’est pas commune.

    Cheers!

    J'aime

    • Merci Jerome. C’est chouette d’avoir des retours! (En fait c’est un article que j’ai écrit il y a un an depuis j’ai créé mon propre boulot mais bon ça ne change rien c’est vrai que c’est vraiment galère pour beaucoup de trouver un truc un minimum épanouissant…)
      Mais merci-merci pour le compliment!

      J'aime

  5. Prends confiance; tu trouveras le poste de tes rêves….
    Il existe; visualises toi l’ayant trouvé, souvent… et tu verras, comme par magie, Tu auras gagné !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s