C’est l’heure d’arrêter de rêver Mlle Bergé!

Dans une semaine, je suis dans l’avion direction Montréal. Je pars pour quatre mois faire mon stage de fin d’études dans un centre de création et de diffusion pluridisciplinaire. Montréal dans un théâtre: un double fantasme de vie. Je suis vraiment ultra contente et pourtant j’ai jamais été aussi casanière dans mes petites affaires que ces jours-ci.
J’ai essayé de commencer un peu à préparer mon départ (vu le désordre dans lequel je vis, une semaine pour faire une valise c’est déjà un peu juste) mais au bout d’une demi-heure, j’ai juste réussi à faire un énorme tas de fringues, ça me désespère un peu alors voilà, je me suis dit que commencer un blog, ça me changerait les idées. Procastination, mon amour.
Ah! Mais vraiment, c’est un peu confus dans ma tête, j’ai l’impression de dire au-revoir-salut-bye-bye à ma vie d’étudiante, d’adolescente attardée et de devenir une jeune femme qui assume ses choix et qui n’est guidée que par ses envies, (je dis ça, mais à l’instant même je suis en culotte petit bateau devant un dessin-animé en mangeant des kellogs).
Pour la première fois de ma vie, je n’ai plus AUCUNES contraintes ou plutôt plus de rails sur lesquels me poser: plus de cours après 20 ans à m’être levée tous les matins pour aller à l’école, ni de mecs alors que j’ai été une des meufs les plus casées de la terre pendant des années. Je peux enfin choisir le tournant que prend ma vie (et oui je suis un peu d’humeur « grandes phrases à deux balles »). Enfin, ce que je veux dire, c’est que tout est possible. J’adore me répéter ces trois mots: TOUT EST POSSIBLE.
Depuis quelques jours: mon cerveau bug en mode « et si »: Et si je rencontre l’homme de ma vie au pays des Caribous? Et si je trouve du boulot? Et si je veux plus revenir? Peut-être que je ne vais plus jamais dormir dans mon joli petit lit au dessus duquel sont accrochées les mêmes photos depuis 10 ans. Ou peut-être que si en fait.
Bon, ça fait au moins trois heures que je rêvasse devant ma montagne de vêtements sans savoir par où commencer. C’est quand même un peu fou: je vais pouvoir barrer trois points d’un coup de ma liste-de-rêves-de-vie: travailler dans un grand-gros-et-cool centre pluridisciplinaire contemporain, vivre à Montréal et habiter dans une espèce d’auberge espagnole. Ouch. Ah. Oh. J’ai quand même encore un peu de mal à réaliser…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s